Contrairement aux idées reçues, le regroupement de crédits n’est pas récent.

Déjà présent dans les pays anglo-saxons, il a commencé à se développer en France dans les années 1980.

Si, au début, ce sont essentiellement les prêteurs allemands qui proposaient aux Français de regrouper leurs crédits, très vite certaines banques françaises se sont spécialisées dans cette opération (comme le Crédit Foncier Communal d’Alsace-Lorraine) et ont permis un réel développement dans les années 2000.

Le regroupement des crédits n’est donc pas un effet de mode

Il est une réponse concrète à de plus en plus de foyers qui, soit à cause d’un aléa de la vie, soit à cause de l’engrenage des crédits, se retrouvent temporairement dans une situation parfois très délicate mais que personne ne peut se vanter d’être à l’abri.

Conclusion

Le regroupement de crédits s’adresse à toutes les catégories socioprofessionnelles, des revenus les plus modestes aux plus importants, du jeune adulte au retraité de 75 ans et plus.

Toutefois, tout le monde n’est pas éligible à ce financement qui comporte des contraintes spécifiques, une méthodologie à respecter et une analyse fine que les intermédiaires en opérations de banque sont habilités à mettre en œuvre.

Les banques spécialisées peuvent très souvent intervenir lorsque les banques de dépôts ont des limites d’octroi à cause des directives Bâle 2 qui encadrent très précisément le volume des crédits à risque des banques commerciales.

À ce jour 7 banques spécialisées sont particulièrement actives et, sans présence physique locale, elles font appel à des intermédiaires en opérations bancaires qui, comme MPR FINANCES, sont de véritables professionnels du crédit qui vous aident dans toutes les étapes du financement.

PS. Le regroupement de crédits est une véritable mise à plat de toutes les dettes et créances du foyer. C’est la condition sine qua non pour que cette opération apporte toute l’efficacité escomptée dans le temps. Ces dernières années, la diminution des crédits immobiliers et l’appât du gain a attiré les organismes de crédits et les banques de réseau sur ce marché. Sous l’intitulé « rachat de crédits » ils ont mis en place de simples prêts classiques. Force est de constater que les consommateurs qui ont réalisé ce type d’opération se sont retrouvés à court terme dans de nouvelles difficultés. Pour éviter des contraintes techniques qui sont déjà le quotidien des vrais restructurateurs, ce type de rachat de crédits s’apparente à du plâtrage et non une opération sereine de consolidation.